Site de débat d'idées, animé par des blogueurs de toutes tendances politiques, France Politique est le lieu où s'échangent et s'affrontent les opinions, les réflexions et les convictions les plus diverses.

19 octobre 2006

France Politique

Et bien ta fierté n'est pas très exigeante!
Comment oses-tu qualifier de débat ce déversement de platitudes politiques sans aucune prise de risque???
Oublies-tu que les questions des internautes triées sur le volet avaient été communiquées préalablement aux candidats afin qu'ils puissent préparer avec les spécialistes de la matière la réponse parfaite, assurés de surcroît qu'aucun des deux autres ne pourrait lui offrir la contradiction sur sa réponse???
Débattre, c'est accepter la confrontation des idées, c'est se prêter au jeu de la contradiction, ce qui n'a absolument pas été le cas.
Les candidats (à vrai dire, surtout une) se sont contentés de réciter sans aucune spontanéité des leçons pour la plupart écrites par d'autres.

Comment oses-tu imaginer que nous autres vautours, nous ayons pu attendre ne serait-ce qu'un instant de quelconques pics ou escarmouches, alors que miss Royal avait menacé de ne pas participer aux autres débats si celui-ci ne tournait pas à son avantage ou si elle était mise en difficulté?

La "bonne tenue" du "débat" n'a pour explication que l'absence totale de débat, imposée par la candidate Royal.
Et c'est ça qui est inquiétant: Comment expliquer qu'elle n'ose pas se confronter? Ah oui, c'est vrai, pour ne pas donner d'armes à la droite... Commencez par arrêter de prendre les gens pour des imbéciles: c'est bien la peur de n'être pas à la hauteur des compétiteurs de son propre camps qui pousse Royal à refuser toute forme de débat. Cela conjugué à l'absence totale de début de programme et tout devient limpide.
"Il est temps que les français reprennent la main sur l'économie", "il faut mettre fin au désordre des choses", "mettre en place un ordre économique, social et environnemental juste"... Ce ne sont que des phrases dont on nous bassine à chaque élection, et dont on sait qu'elles sont dispensées quand il n'y a pas grand chose derrière.

Le ponpon de Ségolène: l'anticipation pour éviter la délocalisation. Du grand n'importe quoi dans la démonstration. Former les salariés à un autre métier, rentable en France, pour que l'entreprise puisse maintenir une activité en France lorsqu'elle délocalise son activité principale. Concrêtement, je vous laisse imaginer...

Et concernant les 35h, Royal estime qu'elles ont été un formidable progrès social pour la plupart des salariés et admet qu'il s'agit d'une régression pour une minorité d'entre eux. Et quelles conséquences sur les PME et TPE? Le diagnostic s'arrête là. Que préconise-t-elle pour contrer cette régression? On n'en saura pas plus. Car au final, c'est bcp de bruit pour rien, puisqu'on peut retenir qu'elle approuve en majeure partie la réforme et la manière dont elle a été imposée.

La Turquie? La question ne sera probablement évoquée qu'au troisième débat. Voilà un sujet dangereux pour elle car la réponse, c'est en gros pour ou contre. La manière dont elle se défosse à ce sujet est très révélatrice. Ne pas heurter l'opinion, c'est ce qui compte, pour réunir le plus grand nombre. Pas très courageux. Et comme l'a dit un des lieutenants de DSK ou Fabius: ou elle a une opinion, et l'honnêteté lui impose d'en faire part. Ou elle n'en a pas, et alors c'est très ennuyeux.

La réforme Fillon? Ah ça oui, il faut abroger! Pour mettre quoi en place? Silence radio.

En réalité, ce débat n'a strictement rien apporté, si ce n'est pour les socialistes (désirdavenir nous en donne une éclatante démonstration) un prétexte pour se gargariser du simulacre de démocratie qui règne dans le parti.
En réalité dans l'esprit, on se croirait revenu au temps des procès staliniens: on fait semblant de débattre, comme ça tout le monde est content, mais on a bien préparé pour ne prendre aucun risque quant au déroulement et à l'issue.

Mais attention, le réveil risque d'être difficile si Royal l'emporte, car je doute qu'elle puisse imposer ce simulacre de débat entre les deux tours de l'élection.

Quand je relis le titre de ta contribution, je ne peux que sourire. Cette "confrontation passive indirecte" n'a aucune raison de te rendre fier.
"A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire".
J'aurais même pour ma part une certaine honte à soutenir Royal, car tous ceux qui le font dans le parti savent très bien qu'elle est moins capable que DSK, et n'ont qu'une motivation: s'assurer des postes dans la législature à venir, puisqu'il semblerait que ce soit elle que l'opinion va désigner.

On aura quand même appris deux chose: Fabius n'a aucune chance, car il a réellement deux décennies de retard. Et DSK est bien plus crédible que Royal.

2 Comments:

Blogger Désirsdavenir said...

Quel réveil Horrible Tcharlie !
Je suis content de retrouver parmi nous. Et je te conseille de rejoindre les rangs du PS, toutes les questions qui figurent dans ton post furent posées hier dans ma section par des militants. En effet, tu serais surpris de constater à quel point les camarades sont sévères, quand cela est justifié, avec nos propres dirigeants.
Personne ne se gargarise, comme tu dis, de ce simulacre de démocratie, mais chacun se réjouit de voir les candidats respecter un programme rédigé et adopté par le parti. Comment se confronter quand on est d'acoord sur le fond, puisqu'il est commun, c'est le programme !
De plus, la vie d'une section n'a rien à voir avec le spectacle parfois discutable offert par les caciques.
Et quels éléments de mon post te permettent de déduire que je roule pour Ségo dans la campagne interne ?

Je maintiens, au risque de te faire sourire, oui, je suis fier d'appartenir au PS, et plus je regarde Sarko et ses copains s'agiter vainement, plus grandit ce sentiment.

5:50 PM

 
Blogger Hussard Bleu said...

Cela signifie-t-il que les "camarades" ont abordé en section les points critiques consciencieusement évités par les "caciques" ? Je veux parler de la fiscalité, des régimes de retraite, de la dette (exception de DSK), de l'efficacité des services publics, de la politique économique européenne, de l'assurance chômage, etc. etc. Si c'est le cas, bravo, vous avez dépassé le stade du petit bout de la lorgnette...

7:37 PM

 

Enregistrer un commentaire

<< Home

 
web statistics