Site de débat d'idées, animé par des blogueurs de toutes tendances politiques, France Politique est le lieu où s'échangent et s'affrontent les opinions, les réflexions et les convictions les plus diverses.

30 novembre 2006

De l'inutilité d'une primaire à l'UMP

Pourquoi organiser des primaires dans un parti où le candidat est connu d’avance, tant est sans conteste sa légitimité ?

Autant au parti socialiste, la désignation de celle qui incarne si bien le néant total et la démagogie n’allait pas de soit, bien loin s’en fallait, tant étaient comparativement légitimes les ambitions de ses deux compétiteurs eu égard à leurs compétences, leur expérience et leur stature. Il ne pouvait être question de mandater le pire des candidats sans l’aval de la base, et il fallait effectivement en passer par les urnes internes pour confirmer l’adéquation entre le vide sidéral de la pensée d’une majorité de militants socialistes et le choix d’une candidate-poudre aux yeux qui leur ressemble.

A l’UMP, nulle situation similaire.

La légitimité de Sarkozy n’est pas contestable ni bien sérieusement contestée au sein de l’UMP, et aucun membre du parti n’est en mesure de rivaliser sérieusement, puisque MAM se satisferait à l’entendre d’un 15% et l’hypothèse d’une candidature Villepin n’est pas compatible avec le calendrier du parti.

Et la très probable percée de Le Pen, dont tout le monde à l’exception de Désirsdavenir, s’accorde sur les réelles chances d’être présent au second tour, impose plus que jamais l’unité au sein du parti majoritaire.

Il est donc temps pour l’UMP unie derrière son chef d’entrer réellement en campagne et de concentrer toutes ses forces contre l’ennemi véritable, pour démontrer aux français, par le débat, toute la vacuité de la pensée ségoliste que les militants socialistes n’ont pas su, pour 60% d’entre eux, déceler.

7 Comments:

Anonymous Anonyme said...

Pourquoi organiser des primaires dans un parti où le candidat est connu d’avance, tant est sans conteste sa légitimité ? Bonne question !

Dans le même ordre d’idées, pourquoi organiser des élections présidentielles dans un pays où le résultat serait, selon les fidèles du dictateur, connu d’avance ?
Démocratie. Ah oui, effectivement. Mais ce mot demeure inconnu à l’UMP. Tous en rang derrière le chef, accroupis pour pas qu’une seule tête ne dépasse, on essaye de ne laisser aucune aspérité. A la vacuité de la pensée ségoliste, on préfère l’exégèse umpienne. Vider les tribunes du PSG, mais pas plus pour de bons petits électeurs bien sympas au second tour, nettoyer au karcher les banlieues, qui de toutes façons ne peuvent soit voter, soit adhérer à la pensée unique…

Il a dit oui, mais pouvait-il faire autrement. Il a dit oui mais a-ton-vu un ministre de l’Intérieur se faire élire Président… Ah si, excusez moi, dans des pays d’Afrique noire, c’est monnaie courante mais cela ne se passe que rarement par les urnes.

3:19 PM

 
Anonymous Anonyme said...

Il est clair que le PS s'est honoré en organisant des primaires où ont pu s'exprimer les différentes sensibilités socialistes, ce qui n'est, et n'a jamais été, le cas de l'UMP ou du RPR. C'est bien connu que ce qui prime à droite, c'est le culte du chef et que le débat d'idées n'est pas une grande tradition de la droite française...

3:41 PM

 
Blogger Hussard Bleu said...

Pour moi, il me semble évident que la Droite française n'a pas encore réalisé son aggiornamento politique et que la pensée unique continue à y être la rêgle. On n'entend pas dans le débat public d'affrontements d'idées entre les Gaullistes, les souverainistes, la doite sociale chrétienne et les libéraux par exemple, contrairement à ce qui se passe au PS avec la dynamique des courants.
C'est bien regrettable pour une Droite qui se dit "en mouvement" (pour citer son leader)...

4:34 PM

 
Blogger Désirsdavenir said...

"Pourquoi organiser des primaires dans un parti où le candidat est connu d’avance, tant est sans conteste sa légitimité ? "

Horrible Tcharlie confesse ses penchants pour la droite légitimiste, attachée à la tradition catholique et à la monarchie, aujourd'hui incarnée dans un courant réactionnaire. Pourquoi des élections, quelle drôle d'idée ?
Avec un ton très sarkozien, Horrible vilipende les militants socialistes et "le vide sidéral de leur pensée",avec un fiel auquel sa plume primesautière ne nous avait guère habitués.
Je me demande d'où Sarkozy tire cette fameuse légitimité présentée par Horrible comme évidente. Est-ce comme ministre de l'intérieur où son bilan est catastrophique ?
Est-ce comme président d'un parti qu'il a entièrement verrouillé, condamnant d'avance tout débat ?
Est-ce comme le chantre d'une politique libérale, communautariste et atlantiste ?
Nul ne le sait, sauf peut-être Horrible Tcharlie qui, à défaut de s'être exprimé sur le programme de l'UMP, prend maintenant clairement position pour son champion, Sarkozy.
Quand je vous disais il y a peu de temps que les masques tombent...avec un peu de chance, nous connaîtrons aussi bientôt le favori d'Hussard bleu.

6:06 PM

 
Blogger Hussard Bleu said...

Edouard Baer !

6:39 PM

 
Blogger Richard Dalleau said...

On peut disserter longtemps sur la prise à la hussarde du parti par Sarkozy, mais aujourd'hui, la droite a-t-elle un autre choix, si elle veut gagner, que de se ranger derrière lui comme le préconise l'Horrible?
Et la légitimité dont semble douter désirsdavenir, ne découle-t-elle pas d'un plébiscite des militants il y a deux ans presque jour pour jour? Y a-t-il lieu de douter que si des élections internes avaient lieu aujourd'hui, Sarkozy en sortirait très largement majoritaire à 80%?
Certains peuvent faire le choix d'une droite moins sarkozyste, plus mamiste ou villepiniste, c'est-à-dire probablement plus gaulliste, mais ce choix est-il compatible, aujourd'hui, avec l'objectif de victoire du camp majoritaire?
Pour ma part, je ne le crois pas, même si on peut légitimement le déplorer.

6:53 PM

 
Blogger Horrible Tcharlie said...

Désirsdavenir n'a semble-t-il pas bien compris la raison d'être et l'intérêt de ce blog: partager en toute transparence des idées auxquelles on croit, et non se ranger comme un seul homme derrière une doctrine officielle en anihilant toute forme de réflexion personnelle. Quand il évoque les masques qui tombent, il veut évidemment parler d'indépendance et d'honnêteté intellectuelle dont il n'a malheureusement jamais eu le courage de faire preuve sur cet espace immatériel où il n'a pourtant que des amis. On ne comprend par ailleurs pas bien ce que la tradition catholique et la monarchie viennent faire dans cette affaire, nul doute que désirsdavenir s'est laissé submerger par les émotions et les frayeurs qu'ont pu légitimement susciter chez lui les appels à l'unité de la droite.
Quant au bilan du ministre de l'intérieur en matière de sécurité, il me semble qu'il n'a pas grand chose à envier à celui de Daniel Vaillant. L'ami Jospin s'en souvient encore. Un peu d'humilité en la matière me paraîtrait de rigueur.

10:03 AM

 

Enregistrer un commentaire

<< Home

 
web statistics