Site de débat d'idées, animé par des blogueurs de toutes tendances politiques, France Politique est le lieu où s'échangent et s'affrontent les opinions, les réflexions et les convictions les plus diverses.

13 novembre 2006

Le pavé dans la marre du mammouth

Je vous invite à prendre connaissance des propos de Ségolène Royal tenus devant la Fédération du Maine et Loire le 21 janvier dernier:

http://www.youtube.com/watch?v=eX3bec-sxk0

Elle prône les 35h à l'école, ce qui, pour être probablement excessif compte tenu de la quantité non négligeable d'heures qu'un professeur consciencieux doit déjà consacrer à la préparation de ses cours en dehors des heures de présence dans l'établissement, n'en est pas moins une piste de réflexion très intéressante, et surtout soulève le vrai problème de la conception que l'on se fait de l'école républicaine.

Car celle-ci a pour vocation en théorie d'assurer de manière égalitaire l'accès au savoir pour le plus grand nombre et partant, d'atténuer autant que faire se peut les inévitables inégalités de départ.
L'échec dans ce domaine est patent, et les réflexions de Ségolène Royal ont le mérite de redonner du sens à la notion d'école républicaine.

Que des professeurs de l'enseignement public consacrent une partie de leur temps de travail à donner des cours privés est en effet tout à fait choquant lorsqu'on prend en compte la situation d'échec scolaire dans laquelle se trouvent nombre d'élèves dont les parents n'ont pas les moyens de payer ces cours supplémentaires.
Si il n'est pas possible de mettre à la charge de ces professeurs une obligation de résultat, qu'il soit permis de leur imposer une obligation de moyens, en vertu de laquelle ils doivent mettre en oeuvre les moyens dont ils disposent pour réussir dans leur mission de transmission du savoir au plus grand nombre.
S'ils ont du temps libre, c'est aux élèves en difficulté scolaire qu'il faut qu'ils le consacrent, et non aux élèves en situation d'aisance financière.
Pour ces derniers, il y a justement les établissements privés spécifiques de soutien scolaire qu'elle cite, au sein desquels l'enseignement doit être dispensé par des salariés du secteur privé.

Une fois n'est pas coutume, bravo à Ségolène Royal pour ce pavé dans la marre fort bien venu, on aimerait simplement qu'il soit davantage assumé, même si la composition historique de l'électorat socialiste permet de comprendre la gêne occasionnée par cette diffusion dans les rangs ségolistes.

On méprisera la réaction de Laurent Fabius, qui a cru bon de préciser mesquinement que "ce n'est pas une bonne idée de dire que les enseignants ne travaillent pas", car évidemment, ça n'est en aucun cas ce qu'elle a dit ni le sens de son intervention angevine.

1 Comments:

Anonymous mico said...

le PS devant ses contradictions: doit on dire que les profs pourraient travailler le double (faites le calcul) au risque de perdre leurs voies?

7:02 PM

 

Enregistrer un commentaire

<< Home

 
web statistics