Site de débat d'idées, animé par des blogueurs de toutes tendances politiques, France Politique est le lieu où s'échangent et s'affrontent les opinions, les réflexions et les convictions les plus diverses.

23 novembre 2006

Liberté d'expression

Il semblerait que Désirsdavenir fasse l’offense aux lecteurs de ce blog de confondre celui-ci avec le site officiel de l’UMP, qui détaille et argumente les composantes du projet du parti majoritaire.
Après avoir ici même, en vain évidemment et heureusement pour la vigueur du débat citoyen, tenté de bâillonner toute voix qui discorderait de la doctrine majoritaire du parti socialiste, voilà qu’on nous impose aujourd’hui le thème de nos développements, sur ce blog qui s’intitule France Politique et constitue donc un espace de liberté d’expression politique sur lequel les intervenants sont invités à faire part de leur commentaire, quel que soit leur orientation politique faut-il le rappeler, sur tout ce qui touche de près ou de loin l’actualité politique.

Qu’il soit donc laissé à Désirsdavenir la liberté de commenter et de critiquer si il le souhaite tel ou tel pan du programme de l’UMP, et qu’il nous soit alors permis de lui répondre si on le juge opportun.

On ne peut d’ailleurs manquer à ce sujet de s’interroger sur le silence assourdissant de notre ami, qui attend peut être qu’on fasse à sa place le travail d’opposition ou qu’on se fourvoie dans une adhésion sans nuance.

Heureusement, nous avons su en son temps nous saisir nous-mêmes des orientations proposées par les aspirants socialistes à la candidature pour faire part sur ce blog de nos points de vue divers, approbateurs ou réprobateurs, sans attendre inutilement de commenter l’éventuel commentaire d’un militant qui n’a jamais d’ailleurs oser se prononcer pour tel ou tel de ses champions avant que celui-ci, celle-ci en l’occurrence, ne soit adoubée par la majorité.

Une prudence susceptible de l’honorer d’ailleurs, et dont ferait bien de s’inspirer mon ami Jack, en plein déboires avec son éditeur, en raison de son refus de publier son livre (intitulé « Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur moi », sic sic sic !!!) dans lequel il exposait les bonnes raisons de sa candidature et jugeait Ségolène Royal peu compétente, estimant que le couple Hollande avait « manipulé le parti à son profit ».

Evidemment, entre publication et poste ministériel, Jack le Vendu a choisi de servir sa propre ambition de serpillière au détriment de ses convictions.

Il nous rappelle utilement que la liberté d'expression comprend également celle de choisir ses thèmes d'expression, et celle de ne pas s'exprimer.

Rassure-toi Jack, le ridicule ne tue pas, et m’est avis que tu n’as pas fini de nous faire rire.
Merci donc pour l’ensemble de ton œuvre, ne change rien surtout, la politique serait finalement plus terne sans toi.

La semaine me paraît donc mal choisie pour qualifier Sarkozy de girouette.

Cette qualification prête d’autant plus à sourire, quand la candidate officielle du parti socialiste, dont le dirigeant n’aime pas les riches (sic) et voterait sans hésitation pour Besancenot si celui-ci était opposé au candidat de la droite, a pour objectif avoué d’effrayer les capitalistes (re-sic), mais prône parallèlement une politique sécuritaire d’encadrement militaire, euh, pardon, humanitaire des jeunes, ou encore veut revenir sur les 35 heures, tout en prônant qu’elles soient appliquées réellement à l’école, et se met plus généralement à dos, par la philosophie de son positionnement politique la gauche du parti socialiste au point que cette frange s’interroge sur son vote du 22 avril prochain.

L’idéologie ségoliste paraît difficile à cerner, et laisse d’ailleurs perplexe bon nombre de sympathisants et de caciques socialistes, à l’exception notable de Jack et de Désirsdavenir qui semblent se satisfaire de son fondement principalement démagogique.

Il me paraît préférable de balayer devant sa porte avant d’aller voir ce qui se passe ailleurs.

Car l’actualité du parti socialiste n’a pas manqué d’égayer notre semaine chers amis.

Outre les petites aventures de Jack la girouette authentique, c'est la liberté d'expression dont Monsieur Frêche fait un usage politiquement incorrect qui a fait la une.

Tout le parti s’accorde dans un premier temps à juger ses propos scandaleux, et donc le personnage passible de la cour martiale du parti, qui peut aller jusqu’à l’exclure de ses rangs.

Le parti paraît unanime sur cette sentence, jusqu’à ce que le truculent menace de « semer une panique que vous ne pouvez imaginer », et de dévoiler force révélations pas bien reluisantes qui pourraient aller jusqu’à empêcher la victoire finale.

Mais il nous rassure : « l’avenir de Ségolène Royal à la présidence est pour [lui] plus importante que [sa] modeste personne ; c’est pour ça [qu’il] ne dira rien ».

Tiens donc ? On aimerait en savoir un peu plus naturellement.

Mais déjà, on sent les voix hier indignées, s’apaiser, et François Hollande d’expliquer que l’exclusion ne va pas de soit, et que les termes du débat sont plus compliqués qu’il n’y paraît.

Même Gayssot, après avoir présenté sa démission de vice-président de la région, refusée par Frêche, a considéré que finalement, les propos de ce dernier n’étaient pas racistes…

Ouf, on a eu chaud à gauche, on a cru un instant que Frêche avait franchi la ligne rouge, mais non, c’était pas possible, le placard de ses archives lui barrait la route.

6 Comments:

Anonymous koz said...

Je n'exclus pas de mal comprendre votre introduction, mais je n'exclus pas que vous ayez vous-mêmes mal compris mon propos, puisque j'imagine que c'est de mes commentaires qu'il s'agit.

Je ne veux aucunement forcer qui que ce soit à faire les développements qu'il ne veut pas, j'utilise juste la possibilité de commenter pour dire : je veux bien que vous considériez que ce programme est mauvais, mais pouvez-vous nous dire pourquoi vous le pensez ? Cela ne me semble pas particulièrement déplacé de ma part.

Ceci étant dit, c'est la première fois que je viens sur votre blog, je n'ai peut-être pas pris le temps suffisant d'en saisir l'esprit. Peut-être même votre intro est-elle à prendre au deuxième degré. Mais j'ai du mal à comprendre le reproche que vous semblez me faire.

12:30 PM

 
Blogger Hussard Bleu said...

Koz, n'ayez crainte, vous n'êtes pas mis en cause.

L'Horrible Tcharlie s'adresse à notre ami socialiste Desirsdavenir qui ne cesse de réclamer nos commentaires sur le programme de l'UMP ("Longtemps j'ai attendu, scruté, espéré lire sur ce blog une analyse détaillée des propositions de l'UMP, mais en dépit des promesses de Horrible, Hussard, Henri et les autres, rien, pas la moindre note pour expliquer, à défaut de défendre, un programme qui pourrait, en cas de malheur, conduire le destin de notre pays pour les cinq prochaines années.")

En tout cas, bienvenue parmi nous !

12:53 PM

 
Anonymous koz said...

Aaah, effectivement, j'ai préféré prendre la précaution d'envisager que je n'avais pas compris le propos de L'Horrible.

Quand j'aurais suivi un peu plus la vie de votre blog, je comprendrai mieux...

12:56 PM

 
Blogger Horrible Tcharlie said...

Effectivement Koz, à l'heure ou j'installais mon trépied et ajustais mon viseur en direction des sempiternels et lassants appels de notre ami Désirsdavenir à évoquer des sujets choisis de lui seul, je n'avais pas encore pris connaissance de vos commentaires, dont j'ai eu le plaisir de constater ensuite qu'ils allaient dans le sens de mes développements concomitants.

2:33 PM

 
Anonymous koz said...

Nous y voilà, donc ;-)

3:47 PM

 
Blogger Désirsdavenir said...

Quelle déférence à l'égard de notre nouvel entrant, messieurs, je vous ai rarement vu si accueillant, on sent poindre une communion de caste dans ces "développements concomitants".

En effet, Koz, tu verras (pardon de te tutoyer, j'ai pris ce mauvais pli au parti) si tu choisis de participer régulièrement à notre blog que la diversité n'est pas son fort. Comme le reconnait Horrible Tcharlie, la plupart des attaques sont dirigées vers moi, et à travers mon humble personne, ce sont Ségolène et le PS qui subissent le plus souvent l'offense de plumes aiguisées.

Et quand on a le malheur, pour changer des diatribes anti-ségo, toujours spirituelles, certes, mais abondance de biens ne finit-elle pas par nuire, quand on a le malheur, disais-je avant d'être interrompu par moi-même, de réclamer, de supplier, pour obtenir un semblant de débat sur le programme de l'UMP, on se fait taxer de stalinisme !

Oui à la liberté d'expression, non à l'expression unique !

4:26 PM

 

Enregistrer un commentaire

<< Home

 
web statistics