Site de débat d'idées, animé par des blogueurs de toutes tendances politiques, France Politique est le lieu où s'échangent et s'affrontent les opinions, les réflexions et les convictions les plus diverses.

18 décembre 2006

L'Argent

Tu sembles, cher Julien, être féru d'Histoire mais ta lecture partisane, petit travers dont je souffre sans doute aussi parfois, te conduit à développer des théories contestables pour le moins.
Tes vitupérations, proférées au nom d'une rupture avec le politiquement correct, à l'encontre des "biens pensants" ou des "néo-humanistes", relèvent d'une idéologie que l'on connaît que trop bien, et qui consiste à stigmatiser toujours les mêmes responsables supposés de tous nos maux : les immigrés, les fonctionnaires et les chômeurs.

Ainsi, ta manière simplificatrice d'opposer les partants, de brillants français et les entrants, des "étrangers qui profitent des aides sociales payées par ceux qui restent" démontre qu'en matière d'Histoire, tu as sauté quelques chapitres.
Je ne te fais pas l'offense de citer ici les noms illustres de tous les étrangers que la France accueillit tout au long de son histoire et qui contribuèrent amplement à sa grandeur.
Passé ce préambule, on est en droit de juger que notre capacité d'accueil se réduit et que la France ne peut plus se permettre une immigration massive, ce que je reconnais bien volontiers. Il existe un juste milieu, et au nom d'une tradition humaniste séculaire, la France se doit néanmoins de participer, comme les autres pays occidentaux, au sauvetage d'une partie de ceux qui fuient leurs pays pour ne pas y mourir de faim.

Concernant les chômeurs, nul n'ignore que certains, une minorité, profitent du système d'allocations mais faut-il pour autant le supprimer en stigmatisant l'ensemble de ceux qui cherchent réellement un emploi sans succès ?

Pour les fonctionnaires, bien sûr qu'une réduction des effectifs est souhaitable dans certains services, mais que dire de tous ceux qui, par vocation ou sens civique, choisissent de rejoindre l'enseignement, la santé, le service de l'Etat, après de longues études, pour embrasser des carrières pénibles aux salaires bien moindres que dans le privé.
Pour tous ceux là, oui, l'argent n'est pas le seul guide, le seul objectif, la valeur suprême.

Alors, en comparaison, les soucis financiers de Johnny Hallyday semblent dérisoires, mais finalement, je le plains, car sa cupidité doit lui rendre la vie bien difficile et seuls le cachet d'une pub pour lunettes ou la sortie d'un best off semblent en mesure de soulager ses maux.
La droite a voté une loi plafonnant le taux d'imposition à 60% des revenus (IR, ISF, impôts fonciers…) qui me paraît juste, l'impôt ne doit pas sanctionner mais contribuer dans des proportions raisonnables à la répartition des richesses. Mais celle-ci, pas plus qu'une autre de plus grande ampleur, ne saura retenir ceux pour qui l'argent est une fin en soi, au détriment de certains principes ou valeurs qui font aussi la richesse d'une vie.

3 Comments:

Blogger julien said...

L’Assommoir

Oui, cher Désirsdavenir, j’aime l’histoire mais aussi l’économie, la sociologie, la démographie, le droit …toutes sciences humaines dans lesquelles j’essaie d’éviter la passion (qui, comme la colère, est mauvaise conseillère) et de m’appuyer d’abord sur les faits.

Oui, cher Désirsdavenir, je n’aime pas le politiquement correct, les bien-pensants et les professionnels du prêt-à-penser qui, au nom des beaux principes et des grands sentiments, énoncent des généralités, déforment les opinions et refusent d’aborder les thèmes qui ne rentrent pas dans leur moule moral.

Non, cher Désirsdavenir, je n’ai jamais écrit que les immigrés, les fonctionnaires et les chômeurs étaient la source de tous nos maux (où trouves-tu de telles affirmations et comment peux-tu aussi librement me les attribuer ? ). J’ai simplement voulu signifier que certains poussaient des cris d’orfraie quant aux recettes fiscales perdues du sieur Hallyday et passaient sous silence les coûts sociaux sans cesse croissants des étrangers en France. Après tout, il s’agit bien là de gens qui entrent et qui sortent de France et, si l’on mettait tout cela dans la balance, nous savons bien (toi et moi) de quel coté le solde pencherait. Alors pourquoi, un traitement déséquilibré de l’information et un soudain déchaînement de haine à l’encontre de Johnny Hallyday ?

Non, cher Désirsdavenir, sur ces questions d’immigration, de fonctionnaires et de chômeurs, je ne partage pas les conclusions auxquelles tu arrives après un exercice ravissant de thèse/antithèse/synthèse digne de la meilleure dialectique marxiste mais présentées sur un ton à nous faire croire que nous avons affaire à un centriste modéré. Ces questions sont complexes et méritent d’être traitées sans a priori idéologique de quelque bord.

12:27 PM

 
Anonymous dirty-larry said...

cher désirs du passé, pardon d'avenir, tes trémolos dans la voix ( ou dans la plume) quand il s'agit de chanter les mérites du fonctionnaire me laissent pantois. Il y a bien longtemps que la fonction publique n'attire plus par vocation, pour l'esprit du service public, l'intérêt génral bla bla bla. Ce sont des conneries! les fonctionnaires qui prétendent cela sont des hypocrites! Bien sûr qu'ils en existent, notamment chez les plus anciens, mais ils existe aussi des poissons volants, ils ne sont ps pour autant la majorité du genre...

11:29 PM

 
Anonymous Anonyme said...

cher désirs du passé, pardon d'avenir, tes trémolos dans la voix ( ou dans la plume) quand il s'agit de chanter les mérites du fonctionnaire me laissent pantois. Il y a bien longtemps que la fonction publique n'attire plus par vocation, pour l'esprit du service public, l'intérêt génral bla bla bla. Ce sont des conneries! les fonctionnaires qui prétendent cela sont des hypocrites! Bien sûr qu'ils en existent, notamment chez les plus anciens, mais ils existe aussi des poissons volants, ils ne sont ps pour autant la majorité du genre...

11:29 PM

 

Enregistrer un commentaire

<< Home

 
web statistics