Site de débat d'idées, animé par des blogueurs de toutes tendances politiques, France Politique est le lieu où s'échangent et s'affrontent les opinions, les réflexions et les convictions les plus diverses.

14 décembre 2006

Que je t'aime pas

Pour tous les mélomanes, le départ de Johnny Hallyday pour Gstaad est une excellente nouvelle. Après quelques tentatives avortées pour rejoindre la Belgique, l'icône des lunetiers ira finalement casser de l'oreille helvète. Pour ma part, je me réjouis de n'avoir plus qu'à subir ce crétin des Alpes six mois par an, lui qui pollue la télévision et les radios françaises depuis près de quarante longues années avec une régularité jamais démentie.

Je propose la création d'un mouvement ou d'une pétition appelant au boycott de Monsieur Hallyday. En plus de revêtir une portée symbolique, ce mouvement assainira les ondes françaises en les débarrassant d'abominations comme Allumer le Feu ou Marie, pour ne citer que deux titres dans une discographie assommante.

Pourtant, au-delà de la satisfaction de son départ, se pose la question de l'évasion fiscale. Il me paraît scandaleux que l'on puisse encore passer six mois de l'année en France après un exil motivé par le seul objectif de payer moins d'impôts. Je me demande ce que peuvent bien penser les fans, souvent issus des classes populaires, et qui doivent faire des sacrifices pour s'offrir un ticket de concert vendu à un prix scandaleux, quand ils découvrent que leur idole quitte son pays pour ne pas entamer les millions qui dorment sur son compte.

Cette attitude m'inspire un profond dégoût, mais ne me surprend guère de la part d'un type qui joue les généreux alors qu'il ne l'est pas, et l'imbécile, qu'il est incontestablement, n'en déplaise à ceux qui voient derrière l'ineptie habituelle de ses propos une intelligence du cœur.
Voilà comment un homme, qui doit son succès à la France, qui usa de ses relations avec le gouvernement français pour accélérer l'adoption d'une enfant, remercie son pays en allant cacher son magot en Suisse, comme un vulgaire braqueur.

Mais ce comportement incivique et ingrat n'est possible que parce qu'il existe encore des paradis fiscaux à nos frontières. Entre ces niches et le dumping fiscal pratiqué par certains de nos partenaires européens, la question d'une harmonisation de la fiscalité s'impose plus que jamais. En effet, si nous sommes souvent désarmés face à la concurrence chinoise et indienne, nous saurions en droit d'attendre qu'au sein de l'Europe, l'écart se réduise entre les différentes politiques fiscales menées par tous les Etats membres.

Pour finir, je suggère à Nicolas Sarkozy de surveiller ses fréquentations. Après les propos fielleux tenus par Pascal Sevran, dont la bêtise abyssale n'est plus à démontrer, et les soucis de Doc Gynéco avec le fisc, ses soutiens et amis traversent une passe difficile. Quoiqu'il en soit, j'attends avec impatience d'entendre le candidat UMP s'exprimer sur son ami Johnny.

Et n'oubliez pas de boycotter le rocker de Gstaad, pour les fêtes, offrez plutôt Brel, Ferré ou Reggiani, vous y gagnerez au change.

13 Comments:

Anonymous Henrihirt said...

pffft !
Sans être un fan de Johnny, je le comprends.
La France peut d'ailleurs le remercier d'être resté pendant plus de 40 ans l'un de ses importants contribuables (en plus des nombreuses taxes qu'il a permis de prélever sur la vente de ses albums et autres produits dérivés) alors que bien d'autres, de gauche comme de droite, ont eu, avant lui, fiscalement raison de s'expatrier en raison des charges insupportables pesant sur les grandes fortunes (IR, ISF, droits de succession, charges et autres). Comment en vouloir à Johnny alors qu'effectivement, la France se trouve empêtrée dans un système fiscal injuste et peu incitatif pour ceux qui réussissent?
Je suis d'accord avec toi, Désirdavenir, cette inégalité fiscale en Europe est insupportable et j'appelle de mes vœux la France à revenir à la raison et à cesser de s'acharner sur ceux qui ont eu la chance (ou la honte, c'est selon) de prospérer.
Comment ne pas s'émouvoir du nombre d'expatriés fiscaux, comptant parmi eux, outre les stars du showbizz ou autres sportifs, des chefs d'entreprises ? La fuite de ces derniers, jeunes ou vieux, de leur énergie, de leurs capitaux est une vraie catastrophe pour la France et pour la vitalité de son économie.
Aujourd'hui, il me semble aussi qu'il est grand temps de stopper ces expatriations et d'inciter ceux qui ont franchi le pas à revenir. La proposition de supprimer les droits de succession va, à cet égard, dans le très bon sens.
Désirdavenir, ne tombe pas dans ce vieux cliché soixante-huitard selon lequel l'homme de droite serait forcément un salaud de nanti, assis sur son magot, rétracté sur ses préjugés et sans compassion pour les humbles. Sauf erreur due à ma méconnaissance de "l'artiste", Johnny a participé à de nombreux concerts de charité et ne s'est jamais épargné pour ses fans (qui, j'en suis quasiment certain, ne lui en veulent même pas).
Lorsqu'il faut payer leurs impôts, les hommes de gauche et de droite montrent tous la même réticence. D'ailleurs, jette moi la pierre si je me trompe, Désirdavenir, mais l'homme de gauche n'est pas forcément membre de l'Empire du Bien et il lui arrive aussi de ne pas déclarer tous ses revenus et, même, de ne pas payer sa redevance.

Oui, je te le dis, hommes de gauche et de droite fraudent le fisc et disent des conneries (Georges Frêche / Pascal Sevran, même combat !).

Ceci dit, je préfère moi aussi, Jacques Brel, l'un des plus grands chanteurs français de tous les temps, à Johnny. Question de goût plus qu'une question de fric.

3:57 PM

 
Anonymous Henrihirt said...

En passant, je m'interroge toujours sur la raison pour laquelle des "personnalités" que je croyais ancrées à gauche, telles Sevran ou Arditi, se sont aujourd'hui prononcées en faveur de Sarko.
Bientôt Joey Starr, Bertrand Cantat ???

4:35 PM

 
Blogger Désirsdavenir said...

Salut Ritton,

Et bien tu te trompais, Sevran n'a jamais été de gauche, de son propre aveu, cela est d'ailleurs parfaitement incompatible avec la pauvreté de son esprit.
Non, ce réactionnaire de pacotille n'a comme seul rapport avéré avec la gauche une mitterrandolatrie vindicative, ce qui est un peu mince.

Concernant tes remarques, je te signale qu'à aucun moment je n'incrimine la droite sur la question de l'évasion fiscale. A aucun moment je ne vante les vertus de l'homme de gauche devant cette problématique, toi seul place mes propos dans une perspective partisanne que j'avais pourtant pris le soin d'éviter, refusant avec force, comme à mon habitude, toute tentation de manichéisme.

Je ne juge pas Johnny à l'aune de ses convictions politiques mais sur ses actes, et un peu aussi je l'admets sur sa musique inaudible.

En 2007, Votez pour la Divine !

5:47 PM

 
Blogger Horrible Tcharlie said...

Tu as raison désirsdavenir, continue à incriminer les évadés plutôt que de t'interroger sur les raisons qui poussent la plupart de nos stars à s'exiler, c'est moins fatigant et plus facile de voir la paille dans l'oeil du voisin plutôt que la poutre qui se trouve dans le tien, en l'occurence le notre.
Quant aux mauvaises fréquentations de Sarko, l'allusion n'est pas digne de toi et nous aurions mille contre exemple à t'opposer si le sujet en valait la peine. Tu nous avais habitué à plus de hauteur, mais force est de constater que tu as perdu toute l'objectivité nécessaire et inhérente à un débat de qualité, en témoigne le qualificatif que tu emploies pour Royal, qui ne se démarque pas vraiment par son caractère divin, mais plutôt par son incompétence, son sectarisme et sa démagogie.
A part ça Jacques Brel n'est pas français, mais belge, un peu comme notre ami Jonny finalement.

6:52 PM

 
Anonymous La Babole said...

La Babole (petite bonne femme illustrée de haute savoie) a donné son avis sur cet exil : http://lababole.arviblog.com/article-107530.html
A bientôt,
Céno

10:05 PM

 
Blogger Désirsdavenir said...

Mon cher Horrible, fais attention tu te "Sevranises", le ton que tu emploies devient de plus en plus acide. Pour te reprendre sur "les raisons qui poussent nos stars à s'exiler", elles sont simples, c'est juste une question d'argent, rien d'autre.
J'estime, peut-être à tort, que lorsque l'on est devenu millionaire en partie grâce aux infrastructures de son pays, il est parafaitement déplacé de le quitter une fois fortune faite et ne pas rendre un peu en échange de ce que l'on a reçu beaucoup. Par exemple, quand un sportif est formé et entraîné, dans sa jeunesse, par des éducateurs au sein d'institutions publiques, je trouve immorale d'aller après s'exiler à l'étranger pour gratter quelques milliers d'euros sur une fortune de plusieurs millions.

Car, attention, nous parlons tout de même d'invidus riches pour plusieurs générations, et pour qui le paiement de l'impôt en France ne modifiera en rien le train de vie, ce qui n'est pas le cas de la plupart des français.

Une fois de plus, car il semblerait que certains lisent trop vite ma prose, ou y voient ce qu'ils ont envie d'y trouver, cette question n'est pas pour moi d'ordre politique mais morale.

Maintenant, si vous trouvez cela normal, après tout JH n'a fait que suivre le conseil de Sarko : " La France, aimez là ou quittez là".

PS : Qui a dit que Jacques Brel était français ?

PS bis : En 2007, votez pour la Madone

10:47 AM

 
Anonymous Henrihirt said...

Moralement, je ne suis choqué ni par la volonté de s'expatrier ni par la chance de ceux qui réussissent.
Une fois encore, désirdav', tu ne peux reprocher à JH de ne pas avoir payé son écot à la France (il ne part pas d'ailleurs "une fois fortune faite", comme tu l'écris, mais bien des années après.
Moralement, je suis choqué par les freins à la réussite et à l'espèce d'opprobre sociale que La Divine et ses sbires font peser sur ceux qui, malgré ces obstacles, arrivent à s'en sortir et à mettre leur famille théoriquement à l'abri du besoin.

Sur Brel, je suis navré, j'aurais dû écrire : le plus grand chanteur francophone de tous les temps.

11:14 AM

 
Anonymous Henrihirt said...

Moralement, je ne suis choqué ni par la volonté de s'expatrier ni par la chance de ceux qui réussissent.
Une fois encore, désirdav', tu ne peux reprocher à JH de ne pas avoir payé son écot à la France (il ne part pas d'ailleurs "une fois fortune faite", comme tu l'écris, mais bien des années après.
Moralement, je suis choqué par les freins à la réussite et à l'espèce d'opprobre sociale que La Divine et ses sbires font peser sur ceux qui, malgré ces obstacles, arrivent à s'en sortir et à mettre leur famille théoriquement à l'abri du besoin.

Sur Brel, je suis navré, j'aurais dû écrire : le plus grand chanteur francophone de tous les temps.

11:14 AM

 
Blogger Hussard Bleu said...

A mpon sens, le vrai débat sur la fiscalité jugée comme dissuasive de la France, c'est de savoir ce que l'on a pour son argent.

Et aujourd'hui force est de constater que malgré un taux de prélèvements obligatoires les plus élévés au monde, la France n'offre pas à ses concitoyens un service public et une couverture sociale à la hauteur de ses sommes astronomiques qu'elle collecte.

Quant aux départs de plus en plus fréquents de nos compatriotes à l'étranger (Johnny est l'arbre qui cache la forêt), le drame est qu'il se fait à la fois pour les "riches" qui se délocalisent en raison du trop fort taux d'imposition et pour les jeunes les plus dynamiques de notre nation qui pensent trouver à l'étranger des opportunités de carrières plus à la mesure de leurs talents ou de leur énergie. Donc au final, sur qui pèse toujours plus l'impôt ? Les classes moyennes. Qui n'en peuvent plus ! (Rappelons ici que près de 50% de la population ne paye pas d'impôts sur le revenu en France)

Pour finir sur l'harmonisation fiscale que Desirsdavenir appelle de ses voeux, je vois mal comment elle pourrait se faire dans un autre sens que vers la baisse du niveau des prélèvements français. Allez donc demander aux belges, aux luxembourgeois, aux anglais, aux irlandais, aux polonais d'augmenter leurs impôts...

Tout le monde est d'accord pour payer des impôts tant qu'on n'a ni le sentiment d'un gaspillage permanent, ni l'impression que l'on paye pour certains qui en profitent (escroqueries à la Sécu, chomage fictif, sans parler du coût de l'immigration illégale).

4:49 PM

 
Anonymous papyboomer said...

Ce ne sont pas les pays étrangers qui sont des paradis fiscaux, mais bien plutôt la France qui est un enfer fiscal...

Par ailleurs si desirsdavenir veut lisser les politiques fiscales européennes, il ne dit pas si c'e sera à la France de baisser ses taux d'imposition ou aux autres pays de les augmenter... Dans ce dernier cas je lui souhaite bien du plaisir.

Car je lui rappelle que même dans les états fédéraux «classiques» il est prévu constitutionnellement que les états fédérés peuvent avoir des politiques fiscales différentes. Par exemple le New Hampshire n'a pas de taxe à la consommation, alors que le Maine en possède une. Etc.

Mais peut-être que desirsdavenir a une conception plutôt jacobine de l'Europe sociale, qui serait une version "mild" démocratique de cet état social non-démocratique qu'était le fédéral-jacobinisme soviétique...

2:41 AM

 
Anonymous Nicolas M. said...

Cet article devrait grandement vous intéresser:

http://ecotez.free.fr/article.php3?id_article=159

Bien à vous.

12:39 PM

 
Anonymous Anonyme said...

Hello!

Nice site, keep up the good work .

http://buy-phentermine.hem.nu BUY PHENTERMINE
BUY PHENTERMINE
http://buy-phentermine.hem.nu buy phentermine
http://buy-phentermine.hem.nu phentermine online
http://buy-phentermine.hem.nu order phentermine
http://buy-phentermine.hem.nu cheap phentermine
http://buy-phentermine.hem.nu buy phentermine online
http://buy-phentermine.hem.nu phentermine diet pill
http://buy-phentermine.hem.nu phentermine online pharmacy
http://buy-phentermine.hem.nu phentermine prescription
http://buy-phentermine.hem.nu what is phentermine
http://buy-phentermine.hem.nu free phentermine

8:30 PM

 
Anonymous Anatole Ibsen said...

Cette pétition existe, sur le site de La Révolution en Charentaises...

http://www.larevolutionencharentaises.com

Bien à vous.

10:37 AM

 

Enregistrer un commentaire

<< Home

 
web statistics