Site de débat d'idées, animé par des blogueurs de toutes tendances politiques, France Politique est le lieu où s'échangent et s'affrontent les opinions, les réflexions et les convictions les plus diverses.

23 novembre 2006

Frénésie législative à l'Intérieur

Comment capter et conserver l'attention des médias quand on est simple ministre, fut-il d'Etat, et que l'on ne peut influer sur la politique de la France dans son ensemble ou se faire remarquer par des prises de positions retentissantes à l'international ?

En faisant peuve d'un activisme législatif forcené bien sûr !

Nicolas Sarkozy, Ministre de l'Intérieur "pour se protéger des coups tordus", l'a bien compris :

Août 2002 : Texte sur l'Orientation et la programmation pour la sécurité intérieure.
Septembre 2002 : Orientation sur la justice.
Février 2003 : Loi aggravant les peines pour les infractions racistes.
Mars 2003 : Loi pour la sécurité intérieure.
Novembre 2003 : Texte sur la maîtrise de l'immigration.
Novembre 2003: Texte sur la répression des séjours irréguliers.
Mars 2004 : Adaptation de la justice aux évolutions de la criminalité.
Janvier 2006 : Texte sur la lutte contre le terrorisme.
Avril 2006 : Répression des violences contre les mineurs.
Juillet 2006 : Répression des violences dans les manifestations sportives.

Et comme tout cet arsenal législatif n'est pas encore suffisant, nous voici maintenant à débattre de la "Loi sur la Prévention de la Délinquance". On se demande, à la vue de tous ces dispositifs (onze textes de loi en 4 ans), comment la criminalité peut encore survivre dans notre beau (et sûr) pays...

Pourtant, et c'est là à mon sens le risque politique majeur pour Nicolas Sarkozy, malgré une débauche de moyens législatifs et un activisme médiatique forcené, les résultats ne sont pas ceux escomptés. Si une baisse globale "des faits constatés" est observée, les violences aux personnes continuent, elles, à augmenter.

Allez, encore un petit effort M. Sarkozy, vite, une douzième loi !

2 Comments:

Anonymous mentalo said...

Vous dites :

"Si une baisse globale "des faits constatés" est observée, les violences aux personnes continuent, elles, à augmenter."


Mais est-il idiot d'avancer que les plaintes augmentent davantage que les violences elles-même ?

Par exemple, s'agissant des violences faites aux femmes... celles-ci se sentant mieux protégées par la loi et étant mieux informées, hésitent moins à porter plainte contre leur bourreau (et ô combien ont-elles raison), ce qui, indubitablement, semble alourdir les statistiques.

Je résume donc, pas forcément plus de violences, mais davantage de déclarations de celles-ci... et tant mieux pour les victimes.


D'autre part, on entend partout aujourd'hui la gauche se plaindre que l'alourdissement des peines ne sert à rien pour la prévention, mais... en février 2003, y'a-t-il eu autant de bruit pour dire que l'alourdissement des peines pour les infractions racistes ne serviraient à rien ??

Honnêtement, ce qui semblait pouvoir être efficace en 2003 ne l'est donc plus maintenant ?

11:48 AM

 
Blogger Horrible Tcharlie said...

Concernant les victimes de violences conjugales, il est désormais nécessaire de porter plainte en lieu et place de la traditionnelle main courante, pour d'une part responsabiliser les plaignantes et d'autre part enclancher la machine judiciaire au plus vite. D'où effectivement une augmentation mathématique de ce type de plainte.

6:14 PM

 

Enregistrer un commentaire

<< Home

 
web statistics