Site de débat d'idées, animé par des blogueurs de toutes tendances politiques, France Politique est le lieu où s'échangent et s'affrontent les opinions, les réflexions et les convictions les plus diverses.

22 mai 2006

Modèle Scandinave : ce qu'on ne dit pas...

Décidément le Modèle Scandinave a la côte. Après le modèle japonais dans les années 80, puis le modèle Rhénan, tous passés de mode depuis, c'est le modèle danois qui aujourd'hui inspire le plus nos élites, promptes à détecter à l'étranger ce qui pourrait, par un simple copier/coller, résoudre la crise du modèle social français.

Pensez donc, un modèle qui concilie performance économique, flexibilité des entreprises, taux de syndicalisation record, forte protection sociale et sécurité des salariés dans leur parcours professionnel, cela a de quoi faire rêver tout ce que la France compte de sociaux-démocrates, déclarés ou inavoués, de Dominique Strauss-Khan et Ségolène Royal à François Bayrou et Dominique de Villepin.

Mais qu'y a-t-il vraiment derrière les miracles de ce modèle danois partout cité en exemple ? Les français sont-ils prêts à en payer le prix ?

Voici quelques uns des fondements de ce modèle :

- liberté de licenciement (un employeur danois qui licencie n’a aucune indemnité à verser si l’employé a moins de 12 ans d’ancienneté) ;
- pas de salaire minimum légal ;
- pas de durée maximum légale du temps de travail ;
- obligation de suivre des formations et/ou stages en cas de perte d'emploi ;
- obligation de ne pas refuser plus de deux offres d’emplois, sous peine de suppression des allocations ;
- maintient 90% du revenu du demandeur d’emploi, mais limité à une durée maximale de 4 ans ;
- des contrats «aidés» qui ne permettent pas au salarié qui en bénéficie de reconstituer ses droits au chômage ;
- obligation d'adhérer à un syndicat si le salarié désire une assurance chômage (ce sont les syndicats qui gèrent le régime d’indemnisation).

Je ne suis pas sûr que tout cela soit si facilement applicable en France...

2 Comments:

Anonymous Lisa said...

En 2004, le Danemark a plus de préretraités (187 200) que la France (139 700) pour une population active dix fois plus faible. Avec les autres mesures de marché du travail, le nombre réel de chômeurs est 2,52 fois le nombre officiel. Le taux de chômage réel devient 14,65 % au lieu d'un taux officiel de 6,38 %.

http://travail-chomage.site.voila.fr/danois/dk_merite.htm

Avec une évolution de sa population active identique à celle du Danemark depuis quinze ans, non seulement la France n'aurait plus aucun chômeur officiel, mais le chômage réel serait résorbé pour l'essentiel. Et cela sans introduire une plus grande flexibilité des contrats de travail.

Si de plus la France avait eu recours à la même proportion de préretraites que le Danemark (6,78 % de sa population active), le chômage réel aurait entièrement disparu et beaucoup d'emplois à temps partiel seraient redevenus des emplois à temps plein.
Inversement, si la population active du Danemark avait augmenté dans la même proportion qu'en France (+12,1%), tout en créant aussi peu d'emplois (43 600 en quinze ans), le nombre de chômeurs aurait augmenté de 372 500 et le taux de chômage réel serait devenu 24,0 % de la nouvelle population active (après son augmentation).

Comme l'on voit, le succès apparent du Danemark ne doit rien à la flexicurité, mélange de flexibilité et de sécurité (discours bien connu). En fait, le modèle danois n'a aucun mérite pour résoudre le problème du chômage, une fois enlevés les artifices qui cachent le chômage réel et encore moins en tenant compte de la démographie de l'emploi.

9:27 PM

 
Anonymous Lisa said...

L'emploi public représente 36,9 % des emplois (63,1 % pour le privé) au Danemark et seulement 19,4 % des emplois en France (80,6 % pour le privé).

Le Danemark est souvent cité en exemple : moins de chômage qu'en France, flexibilité, sécurité ... vous connaissez le discours, qui doit pourtant être fortement nuancé et replacé dans le contexte de la société danoise.

Mais le grand public ignore un aspect essentiel de la question sociale, trompé par les idolâtres du "marché" et de sa "main invisible". L'emploi public est beaucoup plus développé au Danemark qu'en France, près du double en proportion de la population.

http://travail-chomage.site.voila.fr/danois/dk_emploi_public.htm

Un dossier parmi d'autres, tous aussi intéressants.

9:37 PM

 

Enregistrer un commentaire

<< Home

 
web statistics