Site de débat d'idées, animé par des blogueurs de toutes tendances politiques, France Politique est le lieu où s'échangent et s'affrontent les opinions, les réflexions et les convictions les plus diverses.

07 septembre 2006

Pas de Ségolène à la Tribune

Personne ne peut ignorer l'extrème intérêt que Nicolas Sarkozy (comme d'autres) porte au contrôle de sa communication. Mais à la différence d'autres, il dispose d'amitiés solides dans le monde des médias qui lui ont permis successivement :

- d'empêcher la sortie d'une biographie de Cécilia alors qu'elle s'était fait la malle aux US ;
- d'attaquer en justice l'AFP et France Soir qui avaient cité le nom de sa nouvelle (et très temporaire) compagne, journaliste au Figaro ;
- d'obtenir la tête d'Alain Genestar, Directeur de la Rédaction de Paris Match qui avait osé publier une photo de Cécilia et de son (très temporaire) nouvel amant ;
- de faire la promo de son bouquin sur TF1 au 20h de Claire Chazal (à qui il déclare, sans rire, "j'ai laissé pendant un an tant de choses s'écrire, qui ont blessé ma femme, blessé mes enfants...")

Mais une nouvelle étape a été encore franchie cette semaine à l'occasion de la sortie d'un n-ième sondage pré-électoral (désolé Desirdavenir, tu connais mon attirance pour les sondage - et les jambes de Ségolène) dans La Tribune.

Je vous livre le résumé de l'affaire, sous la forme d'une dépèche AFP parue sur Yahoo :

PARIS (AFP) - Le syndicat de journalistes SNJ et la Société des Journalistes de La Tribune protestent contre une "censure" exercée, selon eux, sur les résultats d'un sondage publié lundi dans le quotidien économique qui plaçait Ségolène Royal en tête des candidats à la présidentielle pour les questions économiques et sociales.

Le sondage CSA publié lundi par La Tribune sur les Français et la rentrée économique, comportait une question sur la confiance accordée aux candidats à la présidentielle en matière économique et sociale qui donnait Ségolène Royal en tête à 54 % devant Nicolas Sarkozy (49%) et Lionel Jospin (33%).

Cette question n'a pas été publiée lundi, ce que le SNJ et la SDJ qualifient de "censure".

François-Xavier Pietri, directeur de la rédaction de La Tribune, interrogé par l'AFP, assure qu'il n'y a pas eu censure et que cette question sera publiée mardi, au côté d'un entretien avec François Hollande sur les sujets économiques et d'un article sur l'entrée en campagne de Lionel Jospin. "Si on avait donné la réponse sur Ségolène Royal avec le reste du sondage, les médias se seraient focalisés sur ce point, occultant le fond du sujet", estime M. Pietri.

Selon le SNJ et la SDJ, les pages étaient prêtes dimanche avec cette réponse et M. Pietri a "donné l'ordre" tard dans la soirée "d'enlever toutes les informations (infographie comprise) concernant cette question".

Pour le SNJ, selon son communiqué, cet acte a "gravement compromis la crédibilité et par voie de conséquence l'avenir de (notre) quotidien".

Dans un communiqué interne distinct, le bureau de la Société des Journalistes dénonce une "censure tardive et incompréhensible" et s'interroge sur le "crédit de La Tribune aujourd’hui, alors que l’intégralité du sondage est publié sur le site de l’institut CSA".

Pour la SDJ, "un tel cas de censure, à l’ouverture de la campagne présidentielle, jette le doute sur la neutralité de la Tribune et inquiète gravement la rédaction".

Arnaud, Martin, Bernard (Lagardère, Bouygues, Arnault), Nicolas, c'est beau l'amitié...

3 Comments:

Anonymous Henrihirt said...

Je me demande si le plus étonnant n'est pas de constater que Ségo ait pu arriver en tête d'un sondage en matière économique et sociale.
Sinon, je trouve que l'on prête beaucoup d'agissements à Sarko, sans toujours la preuve d'une réelle intercession. Quelle est la part du vrai ? Quel était notamment son intérêt dans ce cas car ce n'est pas la première fois que Ségo le précède dans un sondage ? Pourrait-il y avoir un excès de zèle de certains directeurs de publication dont on sait la connivence avec le milieu politique (de droite comme de gauche) et, surtout, l'intérêt d'être bien vu des "puissants" ?
On ne prête qu'aux riches. Alors ...

12:58 PM

 
Anonymous Henrihirt said...

Je me demande si le plus étonnant n'est pas de constater que Ségo ait pu arriver en tête d'un sondage en matière économique et sociale.
Sinon, je trouve que l'on prête beaucoup d'agissements à Sarko, sans toujours la preuve d'une réelle intercession. Quelle est la part du vrai ? Quel était notamment son intérêt dans ce cas car ce n'est pas la première fois que Ségo le précède dans un sondage ? Pourrait-il y avoir un excès de zèle de certains directeurs de publication dont on sait la connivence avec le milieu politique (de droite comme de gauche) et, surtout, l'intérêt d'être bien vu des "puissants" ?
On ne prête qu'aux riches. Alors ...

12:58 PM

 
Blogger Hussard Bleu said...

Tu le dis toi-même : on ne prête qu'aux riches ! Et en la matière, Sarko jouit quand même de quelques précédents...

1:08 AM

 

Enregistrer un commentaire

<< Home

 
web statistics