Site de débat d'idées, animé par des blogueurs de toutes tendances politiques, France Politique est le lieu où s'échangent et s'affrontent les opinions, les réflexions et les convictions les plus diverses.

21 septembre 2006

Le réchauffement climatique s'invitera-t-il dans la campagne ?


Je voudrais poursuivre le débat ouvert par Desirdavenir avec l'Education sur ce que devraient être de notre point de vue certains des grands enjeux de la campagne.

Malgré leur incapacité chronique à se structurer, à dépasser les rivalités internes, à se libérer de leur coloration d'extrème gauche, les Verts ont fait passer dans le débat public une préoccupation qui transcende les partis : l'environnement. Mais au-delà d'un premier discours simpliste "il faut vivre mieux, économiser les ressources et respecter la nature", l'heure est désormais à la prise de conscience que c'est de questions vitales pour la survie de l'humanité qu'il s'agit. Et que l'urgence est là.

Toutes les études montrent que le réchauffement climatique est une réalité très préoccupante et qu'il ne reste plus qu'une grosse dizaine d'années pour prendre, collectivement à l'échelle internationale, les décisions qui s'imposent avant que certains dommages se révèlent irréversibles (l'état de Californie vient par exemple de passer une loi pour réduire l’émission de CO2).

Très actif dans ce domaine, Al Gore (ex-Vice Président et rival malheureux de G.W. Bush), parcourt le monde en animant des conférences sur ce thème. Je vous propose de suivre celle qu'il a donnée en Californie en février 2006. Elle est en anglais, j'en suis désolé, mais relativement facile à suivre car illustrée de diapos. C'est très impressionnant.

http://www.ted.com/tedtalks/tedtalksplayer.cfm?key=al_gore

Un film sur le sujet devrait également sortir prochainement ("Une vérité qui dérange"). Pour les non-anglophones, voici un lien vers une interview d'Al Gore en français sur le réchauffement climatique : http://www.filmdeculte.com/entretien/al-gore.php.

Vous ne pourrez pas dire qu'on vous a pas prévenu !

On attend maintenant les prises de position des candidats à la présidentielle sur le sujet en espérant cette fois un peu de concret (des propositions de mesures plutôt que du "c'est important, il faut s'en préoccuper"...)

3 Comments:

Blogger Pulp said...

Quelques petites remarques :
- Je ne sais pas si Al Gore aurait tenu le même discours, avec la même énergie, s'il avait été élu. Il aurait eu bien d'autres priorités ....
- Comme il le dit lui-même, c'est plus un problème de société, de conscience collective, que de politique. Il ne suffit pas de faire voter une ou deux lois pour résoudre la "crise" climatique ....
- Et sur le plan politique, c'est presque plus de politique étrangère qu'il s'agit, dans la mesure ou le problème des émissions de CO2 est particulièrement aig!u aux Etats-Unis aujourd'hui, en Chine et en Inde demain.
Bref, je pense que Ségo et Sarko mettront le sujet sur le tapis histoire de faire bien et de récupérer qqs voix écolos, mais une fois élu, ni l'un ni l'autre ne fera quoi que ce soit de significatif.

11:07 PM

 
Blogger Hussard Bleu said...

C'est sûr que ce n'est pas avec ce genre de raisonnement (on ne peut rien y faire, c'est un problème global, etc. etc.) qu'on va faire bouger les choses.
Je ne suis pas d'accord avec toi Pulp. Des choses à faire il y en a, aussi bien au niveau national (pression sur les entreprises polluantes, actions citoyennes, financement de la recherche, etc.) qu'international (pression sur les Etats-Unis pour le vote du protocole de Kyoto par exemple). Il n'y a qu'à voir les lois promulguées en Californie pour se rendre compte que l'action politique est possible.

12:27 PM

 
Anonymous Anonyme said...

moi je veux bien faire et essayer de faire faire des efforts mais lorsque j'entends de la part d'imminents scientifiques que de toute façon le réchauffement de la planête est naturellement inévitable comme il y en a dejà eu à une époque où il n'y avait ni voiture ni usine ni rien... j'ai quelques doutes...
Si on ne peut donc de toute façon pas lutter contre cette variabilité naturelle est-ce que l'on peut vraiment SIGNIFICATIVEMENT ralentir le processus ou du moins éviter qu'il ne s'accélère ? OU ne faut-il pas ce faire à l'idée que l'on est finalement pas moins fort que les dinausaures et admettre qu'il faudra bien un jour passer la main à une autre ère ??

2:33 PM

 

Enregistrer un commentaire

<< Home

 
web statistics